Cassirer et les sciences de la culture : III. Phénoménologie de la perception et prégnance symbolique : l’élaboration d’une philosophie de la relation
PHILOPURE

Cassirer et les sciences de la culture : III. Phénoménologie de la perception et prégnance symbolique : l’élaboration d’une philosophie de la relation

Logique du phénomène artistique, dynamisme et cohérence des formes. Dans cette démarche cassirérienne de compréhension de l’homme à travers la culture en tant qu’elle le définit et qu’il la structure objectivement et phénoménalement les fondements de sa pensée sont à présent posés. Néanmoins doit-il s’agir de leur trouver un régime d’objectivité en ce troisième volet … Lire la suite

Cassirer et les sciences de la culture : Mise en place des fondements d’une nouvelle dynamique relationnelle entre le monde et l’esprit humain
PHILOPURE

Cassirer et les sciences de la culture : Mise en place des fondements d’une nouvelle dynamique relationnelle entre le monde et l’esprit humain

Dans sa Logique des sciences de la culture, Ernst Cassirer élabore et présente une phénoménologie de la connaissance. Attention à ne pas penser qu’il s’agisse d’une phénoménologie de l’intentionnalité comme celle de Hegel ou Husserl. Il pose aussi la question de l’animal symbolique, corrélée à la question cruciale du langage qui occupe le premier tome … Lire la suite

Article de recherche : E. Cassirer et l’interprétation dynamique du monde des formes symboliques
PHILOPURE

Article de recherche : E. Cassirer et l’interprétation dynamique du monde des formes symboliques

Liste des abréviations : EH pour Essai sur l’homme. LSC pour Logique des sciences de la culture. PFS pour Philosophie des formes symboliques, suivi de la tomaison. SF pour Substance et fonction. Introduction :  Dès son apparition à l’antiquité grecque la philosophie se pose en s’opposant à l’art (Platon, République, X, 600e-608c). Platon fait le procès de l’art et le condamne, bannissant le poète … Lire la suite

PHILOPURE

PHILOPURE : Commentaire, Hegel « Esthétique », Tome I, partie III, A. « De l’idéal comme tel », pp 247-248 : Le processus de la fin de l’art.

Ce chapitre traite de l’idéal ou du beau artistique en trois points. Le premier est l’idéal comme tel, c’est-à-dire le beau lui-même avant de voir dans le second point de ce chapitre comment il se détermine comme œuvre d’art. Ce premier point se divise lui-même en deux autres. Le premier traite des conditions de l’idéal … Lire la suite