L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : III. La conversion plotinienne par la purification et l’unification. L’unité première comme centre métaphysique.

C’est au traité 38 que Plotin fait référence à la connaissance, ou au contact du bien, en ce qu’il y a de plus grand, de plus élevé. S’il fait usage d’analogie, les négations mènent aussi à cette connaissance. Il s’agit de l’acte d’enlever, il s’agit donc d’un sens actif et pas simplement de dire « non ». Les…

Opuscule : La révolution augustinienne de l’amour

Sommaire : L’Éros plotinien ou l’amour ascensionnel I. 1. L’idée de nouveauté I. 2. L’ascension amoureuse de Plotin I. 3. L’accomplissement amoureux en l’Un La dilection comme accomplissement de l’amour en l’Amour II. 1. Il n’y a qu’un amour II. 2. Aimer selon Dieu II. 3. Aimer est aussi connaître Conclusion Bibliographie Introduction De nos jours,l’amour…

PHILOPURE : « Matière et substance peuvent-ils ne faire qu’un ? »

Quand nous portons notre regard sur le monde, nous voyons une grande multiplicité d’êtres, plus ou moins claires ou sombres, audibles ou silencieux, solides ou inconsistants etc. Sans le langage nous n’aurions affaire qu’à un flot de données sensibles indéterminées, inqualifiables, inclassables c’est-à-dire innommables. C’est grâce au langage que ce que nous voyons n’est pas…

PHILOTHÉRAPIE : Article n°14 : « Le tabou de la soufFrance »

Une claque sur les fesses à la naissance, les vaccins, les fessées, les chutes, les égratignures, les devoirs à l’école, l’adolescence, les études, les examens, le stress, l’angoisse, l’échec, la maladie, la mort, autant d’étapes de l’existence de l’homme que l’on répudie et tient à écarter dans le projet que sera notre vie. On tentera…

PHILOPURE : Commentaire : Schopenhauer, « Essai sur le libre arbitre », pp 84-86 : « A quel point nous ne sommes libre que de nous soumettre à la nécessité »

Pour une lecture préliminaire, vous trouverez le texte à la fin du commentaire. Pour Schopenhauer, le monde est l’expression d’une volonté unique, immuable,irrationnelle et répétitive. Et telle que nous le percevons le monde est une représentation. Par nos facultés cognitives, nous savons que ce monde est déterminé, que tout y est soumis à la nécessité….