Cassirer et les sciences de la culture : II. Maturation de la pensée de Cassirer et exposé des bases logiques de la démarche de compréhension de l’homme et de la culture

Parmi les néo-kantiens, Cassirer se distingue par son esprit de synthèse. Il faut d’ailleurs souligner l’importance de son détachement, de sa prise de distance avec le néo-kantisme, raison pour laquelle il ne peut ainsi être catalogué. Il prend aussi ses distances avec le physicalisme et le positivisme en particulier avec le Cercle de Vienne. Ces…

Cassirer et les sciences de la culture : Mise en place des fondements d’une nouvelle dynamique relationnelle entre le monde et l’esprit humain

Dans sa Logique des sciences de la culture, Ernst Cassirer élabore et présente une phénoménologie de la connaissance. Attention à ne pas penser qu’il s’agisse d’une phénoménologie de l’intentionnalité comme celle de Hegel ou Husserl. Il pose aussi la question de l’animal symbolique, corrélée à la question cruciale du langage qui occupe le premier tome…

Critique du contractualisme par Hume: vers une critique des fondements philosophiques du libéralisme politique moderne.

La méthode contractualiste n’est pas une technique arbitraire car elle établie la constitution d’une cité déontologique en opposition avec le théologisme perfectionniste. La République de Platon et la Politique d’Aristote sont le rejet d’une vision contractualiste de la société.les critiques antiques portent sur la question de la raison d’être de la cité, aussi Platon et…

Conservatisme, républicanisme, libéralisme politique et abaissement de l’idéal humain dans la philosophie politique selon L. Strauss

Le dernier article mettant en perspective les trois contractualismes (voire articles correspondant sur les contractualismes de Hobbes, Locke et Rousseau) et le perfectionnisme introduisit au libéralisme dans son sens le plus neutre. Il s’est agit de présenter trois solutions modernes vis-à-vis de la réponse antique à la question de l’existence de la cité. La première…

Le contractualisme de Rousseau ou la préférence démocratique

Dans cette suite d’articles consacrés au contractualisme, il s’agit de poursuivre l’étude des alternatives à Hobbes, celle en l’occurrence au droit du représentant à dicter des lois sans que personne ne puisse les contester. Il y a par là deux alternatives logiques ; la première consiste à éviter que le souverain ne puisse édicter n’importe quelle…