L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : IV. L’Un lui-même vers l’Intelligible puis vers l’âme : l’unité pure au-delà de l’être et la négation de l’Un
PHILOPURE

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : IV. L’Un lui-même vers l’Intelligible puis vers l’âme : l’unité pure au-delà de l’être et la négation de l’Un

Si depuis l’esprit il y a un point de rupture net, s’il n’y a plus de passage possible pour la pensée à un certain niveau de purification de l’âme, ou, à l’inverse, s’il y a une discontinuité temporelle dans la progression de l’Un vers le néant, ce qui nous intéresse à présent c’est l’interrogation sur … Lire la suite

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : III. La conversion plotinienne par la purification et l’unification. L’unité première comme centre métaphysique.
PHILOPURE

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : III. La conversion plotinienne par la purification et l’unification. L’unité première comme centre métaphysique.

C’est au traité 38 que Plotin fait référence à la connaissance, ou au contact du bien, en ce qu’il y a de plus grand, de plus élevé. S’il fait usage d’analogie, les négations mènent aussi à cette connaissance. Il s’agit de l’acte d’enlever, il s’agit donc d’un sens actif et pas simplement de dire « non ». Les … Lire la suite

Cassirer et les sciences de la culture : IV. La liberté et le mouvement à l’oeuvre dans l’art
PHILOPURE

Cassirer et les sciences de la culture : IV. La liberté et le mouvement à l’oeuvre dans l’art

Dans le cadre de sa fondation d’un socle logique aux sciences de la culture, Cassirer élabore une structure pour ensuite en observer l’évolution. La logique du phénomène artistique montre comment le sens s’articule, comment il évolue : sa morphologie. Il s’agit d’un « monde des formes » qui, dans ce processus doit conjuguer l’historicité, c’est-à-dire l’unité et la … Lire la suite

Cassirer et les sciences de la culture : III. Phénoménologie de la perception et prégnance symbolique : l’élaboration d’une philosophie de la relation
PHILOPURE

Cassirer et les sciences de la culture : III. Phénoménologie de la perception et prégnance symbolique : l’élaboration d’une philosophie de la relation

Logique du phénomène artistique, dynamisme et cohérence des formes. Dans cette démarche cassirérienne de compréhension de l’homme à travers la culture en tant qu’elle le définit et qu’il la structure objectivement et phénoménalement les fondements de sa pensée sont à présent posés. Néanmoins doit-il s’agir de leur trouver un régime d’objectivité en ce troisième volet … Lire la suite

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : II. Exposé des trois principes et critique de leur interprétation hypostatique
PHILOPURE

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : II. Exposé des trois principes et critique de leur interprétation hypostatique

Dans la suite consacrée à l’un et au multiple chez Plotin et Proclus, il va être question dans ce second article de suivre l’ordre de la procession de l’un vers le noûs, c’est-à-dire vers l’Intellect puis l’âme. Il faut donc examiner ce qui conduit Plotin à poser un premier principe dont le caractère serait d’être … Lire la suite

Cassirer et les sciences de la culture : II. Maturation de la pensée de Cassirer et exposé des bases logiques de la démarche de compréhension de l’homme et de la culture
PHILOPURE

Cassirer et les sciences de la culture : II. Maturation de la pensée de Cassirer et exposé des bases logiques de la démarche de compréhension de l’homme et de la culture

Parmi les néo-kantiens, Cassirer se distingue par son esprit de synthèse. Il faut d’ailleurs souligner l’importance de son détachement, de sa prise de distance avec le néo-kantisme, raison pour laquelle il ne peut ainsi être catalogué. Il prend aussi ses distances avec le physicalisme et le positivisme en particulier avec le Cercle de Vienne. Ces … Lire la suite

Cassirer et les sciences de la culture : Mise en place des fondements d’une nouvelle dynamique relationnelle entre le monde et l’esprit humain
PHILOPURE

Cassirer et les sciences de la culture : Mise en place des fondements d’une nouvelle dynamique relationnelle entre le monde et l’esprit humain

Dans sa Logique des sciences de la culture, Ernst Cassirer élabore et présente une phénoménologie de la connaissance. Attention à ne pas penser qu’il s’agisse d’une phénoménologie de l’intentionnalité comme celle de Hegel ou Husserl. Il pose aussi la question de l’animal symbolique, corrélée à la question cruciale du langage qui occupe le premier tome … Lire la suite

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : Introduction, contextualisation et inspiration platonicienne.
PHILOPURE

L’un et le multiple chez Plotin et Proclus : Introduction, contextualisation et inspiration platonicienne.

Les concepts d’un et de multiple sont les plus fondamentaux et les plus universels. Ils posent donc des questions philosophiques fondamentales. On pourrait d’ailleurs les penser contradictoires, penser l’un comme le contraire de l’autre. Mais Plotin fait un jeu de mot à partir du nom du dieu grec Apollon, comme le non-multiple. Ceci pour dire … Lire la suite

La critique radicale du contractualisme : Hegel et les « Principes de la philosophie du droit »
PHILOPURE

La critique radicale du contractualisme : Hegel et les « Principes de la philosophie du droit »

L’article précédant dans cette série traitant le contractualisme en philosophie politique présentait la critique moderne de celui-ci par Hume, critique qui vise le constructivisme sous-jacent. La cité est une construction des individus pour Hume et si cette critique touche à cette idée que la cité et les lois trouvent leur origine dans un contrat, elle … Lire la suite

Critique du contractualisme par Hume: vers une critique des fondements philosophiques du libéralisme politique moderne.
PHILOPURE

Critique du contractualisme par Hume: vers une critique des fondements philosophiques du libéralisme politique moderne.

La méthode contractualiste n’est pas une technique arbitraire car elle établie la constitution d’une cité déontologique en opposition avec le théologisme perfectionniste. La République de Platon et la Politique d’Aristote sont le rejet d’une vision contractualiste de la société.les critiques antiques portent sur la question de la raison d’être de la cité, aussi Platon et … Lire la suite

Conservatisme, républicanisme, libéralisme politique et abaissement de l’idéal humain dans la philosophie politique selon L. Strauss
PHILOPURE

Conservatisme, républicanisme, libéralisme politique et abaissement de l’idéal humain dans la philosophie politique selon L. Strauss

Le dernier article mettant en perspective les trois contractualismes (voire articles correspondant sur les contractualismes de Hobbes, Locke et Rousseau) et le perfectionnisme introduisit au libéralisme dans son sens le plus neutre. Il s’est agit de présenter trois solutions modernes vis-à-vis de la réponse antique à la question de l’existence de la cité. La première … Lire la suite

Rétrospective au contractualisme : le perfectionnisme antique grec. Introduction au libéralisme politique.
PHILOPURE

Rétrospective au contractualisme : le perfectionnisme antique grec. Introduction au libéralisme politique.

Dans cette série consacrée au contractualisme politique, il est à présent question d’établir une comparaison de ces trois contractualismes, en l’occurrence ceux de Hobbes, Locke et Rousseau (voir les trois articles sur ces sujets). Ainsi quatre philosophies politiques ont été étudiées, quatre réponses à la question de la raison d’être de la cité, et donc … Lire la suite

Le contractualisme de Rousseau ou la préférence démocratique
PHILOPURE

Le contractualisme de Rousseau ou la préférence démocratique

Dans cette suite d’articles consacrés au contractualisme, il s’agit de poursuivre l’étude des alternatives à Hobbes, celle en l’occurrence au droit du représentant à dicter des lois sans que personne ne puisse les contester. Il y a par là deux alternatives logiques ; la première consiste à éviter que le souverain ne puisse édicter n’importe quelle … Lire la suite

Le contractualisme de Locke ou une première alternative à l’absolutisme de Hobbes
PHILOPURE

Le contractualisme de Locke ou une première alternative à l’absolutisme de Hobbes

Dans l’article du 18 février 2013 Le contractualisme de Hobbes, rubrique Philopure, le contractualisme est présenté comme l’idée philosophique selon laquelle une société politique, une cité est le produit d’un accord passé entre des membres pour se soumettre à des règles de justice. Une telle association déontologique n’est possible qu’à condition de confier à un homme … Lire la suite